Derrière les notes, Présentation.

Jean de Tinan (1874-1898) est un écrivain oublié de la fin du XIXe siècle. Durant sa courte carrière littéraire, il a fréquenté les milieux littéraires d’avant-garde : devenu rédacteur régulier au Mercure de France, il fréquente Pierre Louÿs, Henri Albert et André Gide, tandis que ses livres sont illustrés par Félicien Rops, Toulouse Lautrec et Maxime Dethomas. Il tient, de son vivant, la Chronique « Cirques, cabarets, concerts » au Mercure de France, « La Chronique du boulevard » et « La Guirlande de Célimène » (avec deux collaborateurs pour cette dernière, Émile Métrot et Henry Vernot) dans La Presse. Il meurt à vingt-quatre ans durant l’automne 1898 et nombreux sont les littérateurs à déplorer un potentiel gâché. Il tombe cependant dans un relatif oubli après la première Guerre Mondiale, et n’est guère plus lu dans un monde dont les goûts et références ont changé.

L’édition de ses textes que je prépare dans le cadre de ma thèse permettra, je l’espère, de remettre au goût du jour une œuvre de qualité, souvent négligée au profit du personnage de dandy fin-de-siècle qu’on aime citer au détour d’une ligne. Le carnet portera donc sur Jean de Tinan et relaiera, notamment, les événements scientifiques pouvant le concerner, mais une fois les premiers éléments nécessaires à sa découverte donnés, je souhaite le centrer sur autre chose.

La Cliente du Rat Mort de Maxime Dethomas

Maxime Dethomas, La Cliente du Rat Mort

Dans le cadre de l’édition de ses Œuvres complètes, j’établis les textes, je les annote, et je les introduis. Le travail technique de l’édition implique de nombreuses réflexions en amont sur le texte. Choisir de le présenter de telle ou telle façon, en modernisant ou non sa typographie, en respectant les sauts de ligne variables ou en harmonisant le tout, c’est déjà faire un commentaire sur le texte, c’est déjà en orienter la lecture. Rien n’est anodin.

Souvent, une simple note de bas de page implique un long travail de recherche – une véritable enquête pour retrouver une source ou une information précise, qui n’apparaît pas dans les quelques lignes volontairement très neutres qui annoteront le document.C’est de ce travail-là que je souhaite avant tout vous parler.


6 réflexions au sujet de « Derrière les notes, Présentation. »

  1. Bonjour,
    Je vous adresse mes meilleurs encouragements pour votre travail qui m’intéresse vivement. Recherchez vous des inédits de T. ?
    Cordialement.

    • Bonjour Vallonges (je ne peux que valider le choix de pseudonyme !),
      Un grand merci pour vos encouragements ! Je poste peu mais je travaille toujours dans l’ombre : recopier est assez long. Bien sûr, si des inédits venaient à croiser ma route, ce serait l’idéal. J’ai déjà mis la main sur de petites choses, notamment quelques poèmes manuscrits dans des bibliothèques, mais je ne suis pas sûre qu’on puisse parler d’inédits. Il me semble qu’ils ont été déjà cités, ils sont au mieux peu connus (ce qui est déjà pas mal !).
      Encore merci pour votre commentaire, auquel je répond trop tardivement,
      Cordialement,

  2. Ce que vous m’apprenez, M. Morandeau, me fascine au plus haut point. Je n’avais jamais entendu parler d’un tel feuilleton. Accepteriez-vous de m’en dire un peu plus si vous avez la chance de retrouver ses références ?
    Merci pour vos encouragements,

    • Bonjour,
      J’avais envoyé un courrier à France Culture dans l’espoir de pouvoir redécouvrir cette création radiophonique et ajouter du plaisir à ma curiosité ; seulement, trop d’années après la diffusion de ce feuilleton, je n’en ai pas obtenu les références. Vous voyant très documentée je pensais même que vous pourriez me renseigner…j’ai le souvenir d’écouter les épisodes en faisant la route Brest-Concarneau, j’étais étudiant à Brest…je ne me souviens que du fil conducteur de ce feuilleton : la vie faussement bohème de ces jeunes écrivains, que les habitudes noctambules conduisaient , de l’appartement de Louys, rue Grétry aux cafés-cabarets en passant par le D’Harcourt, par les mardis de Mallarmé et les samedis de Heredia.
      C’est, à travers la fiction, la personnalité de ces jeunes écrivains qui m’a irrésistiblement conduit à leurs oeuvres. Je me rappelle avoir été content de dénicher le livre de Lebey, Disques et Pellicules…et les quelques livres écrits par Tinan, ainsi que Maîtresse d’esthètes et un vilain Monsieur comme « nègre » de Willy
      Si j’obtiens les références du feuilleton radio, je vous les transmets….mais plus de 20 ans après, je serai peut-être déçu à la réécoute.
      Bonne continuation

  3. bonjour,
    J’ai découvert la « bande à Jean » (de Tinan), à moins que ça ne soit la « bande à Pierre » (Louÿs) à travers une création radiophonique que France Culture diffusait vers 1989,1990 ou 1991. Dès lors, j’ai commencé par lire Louÿs, puis rapidement, et en parallèle Jean de Tinan – je lisais ce qui me tombait sous la main – façon de parler car il fallait chercher, bien chercher même..courir les boîtes vertes, courir encore et ouvrir d’autres boîtes sur les quais et dans les boutiques « de livres rares »  » et chers ».
    Je n’ai pas trouvé les références du feuilleton radiophonique (je ne désespère pas). Je garde ces deux hommes et quelques autres comme de vieux amis, souvent de « vilains messieurs », et vieux écrivains…sauf Jean qui a gardé la légèreté (apparente) de ses débuts, de sa courte vie.
    Merci de faire renaître cet auteur dont la force littéraire est inversement proportionnelle à la longévité.
    Morandeau Patrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *