Érythrée et le mystère Henri de Régnier

Parfois, derrière une note se cachent des recherches longues et diverses. On en trouve un exemple particulièrement parlant dans une citation attribuée à Henri de Régnier, à la fin d’Érythrée. J’en profite pour présenter rapidement l’œuvre, qui est mal connue (c’est l’occasion, après tout) avant de m’attarder sur le problème d’annotation que j’y rencontre.

2015-05-22 13.12.38

Présentation d’Érythrée

En 1896, Tinan publie Érythrée aux Éditions du Mercure de France. Il s’agit d’un conte antiquisant, un peu à la manière de Pierre Louÿs qui, entre Chrysis, Aphrodite ou Bilitis, en avait un peu fait sa veine. Tinan revendique d’ailleurs ce modèle puisque la préface de son avant-propos s’ouvre sur une citation d’Aphrodite :

Dans l’Aphrodite de M. Pierre Louÿs, après avoir parlé de Orphée à la petite reine Bérénice, Démétrios ajoute : « Je n’ai pas dit cela pour que tu comprennes. Je t’ai conté une histoire pour te calmer un peu. Maintenant il est tard et il faut dormir. »

Il se place également sous l’influence d’Henri de Régnier :

Je sais que ceux qui, sans se satisfaire de l’unité de sens qui sera certainement donnée à mon livre par ce que M. Henri de Régnier appelle : « les concordances mystérieuses qui existent malgré tout entre toutes choses », voudront atteindre à des significations secondaires, trouveront dans ces contes plus et moins que je n’y ai voulu mettre.

Érythrée porte le sous-titre Les Amphores de Phéidas. Il devait initialement être le premier d’un ensemble de sept contes. Il est lui-même très court (24 pages), mais il est précédé d’une préface, d’un prologue, et il est suivi d’un certain nombre de notes dont le principal but, selon l’aveu même de l’auteur, est « de donner un peu d’épaisseur à cette plaquette ».

Dans le prologue, Tinan raconte la rencontre du voyageur Phrontidzos le Niobide et de son hôte Phéidas. Ce dernier lui montre une rangée de sept amphores de couleurs différentes, et annonce : « Je te parlerai de celles-ci, de ce qu’elles renferment : les cendres de ce qui fut mon passé, l’authentique symbole de mon effort en cette vie. » Sept amphores, pour sept contes, pour sept couleurs. Tinan, dans la préface, indique :

Il y aura sept contes parce que l’on distingue sept couleurs dans un spectre pur, et un huitième parce que ces couleurs dispersées se mêlent en la seule lumière blanche.

L’idée sera reprise et développée plus tard dans Penses-tu réussir ! (1897), où chaque chapitre – chaque amour de Raoul de Vallonges se verra attribuer une couleur. La succession de ces derniers représente ainsi la quête vers une sentimentalité « pure » et un bonheur en amour, tout le roman, jusqu’à son titre, interrogeant la possibilité d’une telle réalisation. La réflexion semble déjà en germe dans Érythrée qui, d’une certaine façon, représente la même interrogation dans un style plus métaphorique et symboliste.

Un problème d’annotation : la citation mystérieuse d’Henri de Régnier

2015-05-22 13.12.14

 À la fin d’Érythrée, Tinan annonce les deux contes suivants, avec un titre et une épigraphe. Le premier s’intitulera Chrysophéna et est associé à une citation de Barrès : « Nous avons eu la passion d’être sincères et conformes à nos instincts. » Pas de problème particulier pour en retrouver la source : la phrase est tirée de l’Examen des trois romans idéologiques, préface de la deuixième édition d’Un homme libre (1892), et Tinan admirait beaucoup Maurice Barrès. Il cite à de nombreuses reprises des passages du Culte du moi (qui, pour rappel, est composé de ces trois livres : Sous l’œil des barbares, Un homme livre et Le Jardin de Bérénice). Bref, il suffit de choisir une édition de référence et retrouver la page exacte et le tour est joué.

En revanche, la deuxième épigraphe, associée à un conte intitulé Glaucé, pose davantage problème. La voici :

« Comme j’admirais sa longue barbe et son crâne chauve, il est très vieux, me dit-on ; c’est un contemporain de choses disparues. Il a connu l’usage de sacrifier aux dieux et de boire le vin en des outres de peau de bouc. Il a rencontré, dans les îles de la mer, Aglaophone, Thelxiope et Pisinoë, les trois Sirènes ailées qui étaient ainsi avant que les Muses les châtiassent, car tout a changé depuis ; les dieux ont sacrifié leurs fils aux hommes ; on garde le vin en des bouteilles de verre transparent et les Sirènes poissonneuses ont perdu leur antique envergure. »

Tinan indique qu’elle est d’Henri de Régnier, et provient d’un texte intitulé L’Amphisbène. Régnier a bien publié un roman portant ce titre, mais en 1912. Cela pouvait cependant constituer un point de départ pour retrouver la citation : il s’agissait de la repérer dans cette version, visiblement postérieure, puis de retrouver une pré-originale publiée en revue bien avant. Cependant, la citation n’apparaît pas dans le roman de 1912. J’ai décidé de consulter tous les recueils d’Henri de Régnier avant 1896, soit la date de publication d’Érythrée. J’ai accordé une attention toute particulière aux récits figurant dans La Canne de jaspe que Tinan cite dans sa préface, et qui donc constitue une influence revendiquée. Si Monsieur d’Amercoeur comport ebien un jeu entre récit contemporain et mythologie, avec une grande importance accordée au thème de la mer, aucun passage ne ressemble de près ou de loin à la citation ci-dessus. Dans les Contes à soi-même, un texte, Le Récit de la dame aux sept miroirs, est dédié à Jean de Tinan et Hermogène, conte dédié à Pierre Louÿs, présente une situation proche de celle d’Érythrée, à savoir un homme racontant à un autre son aventure amoureuse avec une étrangère. Cependant, si les traces attestant des relations amicales et intellectuelles entre Tinan, Louÿs et Régnier sont nombreuses, je n’ai pas encore retrouvé de trace de cette citation. Plusieurs hypothèses de recherche s’offrent à moi :

  • Il s’agit d’un texte qui a été publié dans un périodique de l’époque. Il me reste à consulter le fond Régnier à la bibliothèque de l’Arsenal, qui comprend notamment un recueil de coupures de presse liées à Henri de Régnier, classées chronologiquement. Peut-être y trouverai-je une pré-originale de L’Amphisbène ou quelque chose ressemblant à cette citation.
  • Tinan avait connaissance d’un travail d’Henri de Régnier encore à l’état de manuscrit, et qui n’a pas été publié en l’état.
  • Ce texte n’existe pas, il s’agit d’un pastiche du style de Régnier par Tinan. Dans ce cas, il faudrait expliquer (par le recours à la correspondance d’Henri de Régnier, par exemple) pourquoi/comment Régnier a repris le titre par la suite.

J’envisage de contacter des chercheurs ayant travaillé sur Henri de Régnier afin de m’aiguiller dans la suite de cette recherche. Mais pour l’heure, l’origine de cette citation demeure mystérieuse, et la note de bas de page ne peut donc pas encore être écrite.

(Source des illustrations : Bois dessinés de Picart le doux dans Un document sur l’impuissance d’aimer suivi d’Érythrée, Paris, Édouard Joseph, 1922*)

*Si les bois sont plutôt jolis, je ne recommande pas cette édition d’Érythrée car elle a été allégée des notes finales, qui sont importantes pour apprécier l’ouvrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *