Quelques mots sur L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse

Un texte inspiré par des sources anciennes…

 

ninon-de-lenclos

Gravure d’Antoine-Jean-Baptiste Coupé

L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse de Jean de Tinan est publié au Mercure de France durant l’été 1898. S’il est qualifié de roman sur la couverture, il s’agit bien plutôt d’une forme hybride, entre le roman, la biographie et l’essai. Tinan expose non sans humour ses procédés de composition dans sa préface. Son double romanesque, Raoul de Vallonges, est parti loin de Paris pour y être « éploré tout à son aise », mais comme « il [faut] toujours un ‘‘in-18’’ vers le mois de mai », il se décide à travailler :

J’ai voulu appliquer un peu les procédés du roman d’aujourd’hui à quelque histoire qui me fût parfaitement indifférente… C’est alors que je me suis aperçu que ces procédés étaient des procédés de plagiat… 

Il ajoute plus loin :

On prend une aventure – et ici l’aventure a été représentée très exactement pour moi par la charmante plaquette de Bret sur Ninon de Lenclos (Amsterdam 1751) ou par celle de Douxménil (Rotterdam 1751)… 

On assemble une liasse de ‘‘notes’’ et on arrange… 

Les renseignements apocryphes ont autant de valeur que les autres, s’ils font bien… peu importe que presque toutes les ‘‘Lettres de Ninon’’ soient de Damours ou de Ségur, et que Tallemant, Chavagnac et Voltaire se contredisent… on démarque de son mieux, on transpose, on lie, on ‘‘schiksale’’… et le résultat n’a besoin d’être ni original, ni personnel, ni inédit – il suffit qu’il amuse… 

A mon stade recherche, le texte semble avoir pour source première la plaquette d’Antoine Bret, Mémoires sur la vie de mademoiselle de Lenclos, Amsterdam, 1751. Il en emprunte en partie la structure et l’ordre de succession des anecdotes. Tinan y insère ensuite des passages tirés d’autres sources, notamment Voltaire ou Tallemant des Réaux.

Certaines phrases oscillent entre la réécriture et le calque des sources anciennes. Par exemple, « M. de Lenclos avait conduit de très bonne heure sa fille dans ces sociétés choisies, dont elle fit bientôt tous les charmes » chez Bret (p.5) devient chez Tinan : « M. de Lenclos conduisit sa fille dans cette compagnie choisie. Elle en fit bientôt les délices.» Au sujet des tentatives de Ninon de faire convertir Coligny au catholicisme, Antoine Bret écrit [nous soulignons] :

Qu’on se représente Ninon à seize ou dix-sept ans, ne respirant que l’amour et le plaisir, faire succéder au langage de sa tendresse des conversation fortes et suivies sur le changement auquel elle voulait le forcer.

Tinan reprend la structure et plusieurs éléments de la phrase :

Que l’on se représente cette belle Ninon, ardente aux plaisirs qu’elle apprenait, et fraîche de ses dix-sept ans, faisant succéder aux soupirs de la volupté et aux balbutiements de tendresse des raisonnements sur les erreurs de son jeune amant !

Le travail d’annotation nous permettra de préciser quelles sont les réutilisations précises de chaque source, mais il apparaît déjà que les emprunts sont considérables. L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse ne serait-il donc qu’un plagiat pas même déguisé ?

2015-07-17 15.30.10

Couverture de l’édition de 1898, lithographie de Toulouse-Lautrec

 

… Mais qui porte néanmoins la marque de son auteur

 

Tout en constituant un savant collage de sources anciennes, L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse n’est pas exempt, loin de là, des traits que l’on retrouve dans tous les textes de Tinan. Tout comme eux, il présente des références au contexte littéraire et artistique du temps. L’auteur n’hésite pas à mêler aux références du grand siècle une touche plus contemporaine, associant par exemple Mlle de Scudéry avec une citation du Crépuscule des nymphes de Pierre Louÿs :

Mlle de Scudéry, dans Clélie, ne peint pas mieux Ninon que sous le pseudonyme de Clarice, et chacun la complètera mieux « à l’image réelle de son désir enfantin ».

De plus, L’Exemple de Ninon de Lenclos s’enrichit considérablement lorsqu’on le relie à l’univers de l’auteur. Le choix d’un tel sujet, par l’auteur d’Un document sur l’impuissance d’aimer et de Penses-tu réussir ! ou les diverses amours de Raoul de Vallonges est tout sauf anodin : le portrait d’une telle amoureuse est l’occasion pour l’écrivain de travailler sur ses thèmes de prédilection, notamment la peinture la plus précise et la plus vraie possible de la sentimentalité moderne. Cela passe par un idéal de légèreté et de désinvolture qui n’exclut pas la sensibilité, et qu’il décrit déjà avec soin dans le chapitre VIII de Penses-tu réussir ! :

Quelques jeunes femmes particulièrement douées ont subi l’influence de l’époque d’une façon intéressante. Elles ont attiré les regards et servi de modèles à d’autres, ce qui illusionne heureusement sur l’ensemble des petites fleuristes en mal de printemps. Elles sont devenues – et quelque fois avant leur mariage – de petits êtres sensuels, cruels ou naïfs ; elles se sont dispensées plus ou moins de l’affectation sentimentale, sans dédaigner la tendresse, et, par instant, elles pratiquent une conception méthodique de la vie, se consacrant à la recherche de la sensation, même malsaine…

Elles sont trop décolletées, rient trop bruyamment en montrant trop leurs dents qu’elles ont jolies, et courent à travers le monde en se heurtant aux angles comme des phalènes à un abat-jour…

Elles sont des maîtresses exquises, des épouses souhaitables, des mères tendres et des filles attentionnées, – des amies incomparables…

À condition de ne pas y attacher d’importance…

De ces femmes, Ninon ne constituerait-elle pas l’idéal, le modèle ? Charles Giraud, dans l’Histoire de Saint-Evremond, faisait de Ninon une hétaïre grecque perdue en plein âge classique. Tinan, après avoir écrit sur Cléo de Mérode considérée comme symbole populaire, n’aurait-il pas rêvé d’une Ninon égarée à l’aube du XXe siècle ?

Tinan+Ninon+Lautrec+2+plat

Dos de la couverture de l’édition originale, Toulouse-Lautrec.

 La présence de Tinan se fait d’ailleurs sentir par touches, au fil de la biographie romancée de Ninon. Il nous fait part de son goût pour une citation ou une anecdote ou au contraire son manque d’intérêt pour tel ou tel aspect de l’histoire, renforçant l’impression de subjectivité totale de l’ensemble à une époque où l’essai historique essaie de gagner en légitimité scientifique. Il ajoute à son essai sur Ninon des images ou des passages littéraires qui ne la concernent pas directement, par la simple logique de l’association. Il déplore par exemple de ne pouvoir illustrer son essai d’un frontispice représentant la princesse Hélène de Ligne ou interrompt son récit pour recopier la citation d’une petite plaquette libertine de 1750 : « Cette phrase, pour laquelle j’ai l’admiration la plus absolue, vous pouvez la chercher, si vous avez le temps, dans un petit pamphlet intitulé : Cléon, rhéteur cyrénéen ».

Le phénomène de réappropriation du sujet dépasse parfois le cadre de l’allusion ou de la parenthèse. Le chapitre XLII est en ce sens exemplaire : après avoir mentionné l’adresse de Ninon, Tinan s’engage sur une longue digression décrivant un rendez-vous galant : « Nous avons été – (vous vous en souvenez, blonde Madame!) par une après-midi grise et douce de février, visiter – (c’est au numéro 28) – les anciens appartements de Ninon…». Les deux amants visitent la place des Vosges, où Tinan conte à la dame les différentes histoires qui lui reviennent en mémoire :

  Et vous ne m’écoutiez délicieusement pas… vous me touchiez la paume de la main par l’ouverture de mon gant, et vous vous appliquiez, à chaque pas, à atteindre dubout de otre encas la pointe de votre bottine…

  Alors, comme au fond je me fiche pas mal de Ninon et du dix-septième siècle, je vous ai enlacé la taille en vous assurant que dans ce quartier-là il était absolument impossible d’être rencontrés, et, devant toute cette sérieuse archéologie, nous nous sommes embrassés en riant, comme des gosses que nous sommes…

C’est donc bien à une célébration d’une certaine pratique amoureuse, ici rattachée au libertinage classique, que participe le roman de Tinan.

lucien-perey-histoire-d-une-grande-dame-au-xviiie-princesse-helene-de-ligne

Gravure représentant la princesse Hélène de Ligne

Dédié à l’amoureuse du moment comme l’avaient été Penses-tu réussir ! ou Erythrée, L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse apparaît donc, tour à tour, comme un plagiat, un pastiche mais aussi comme un condensé de l’univers de Jean de Tinan. Beaucoup de clés d’interprétation restent encore à découvrir, et le travail d’annotation, encore en cours, me permettra, je l’espère, d’en livrer une partie non négligeable.

J’évoquerai dans un prochain article la fortune de ce texte, prisé des collectionneurs pour la lithographie de Lautrec, mais figurant parmi les moins connus de Tinan.

La chronique des « Sciences biologiques »

 Introduction

Durant l’hiver 1896-1897, Jean de Tinan inaugure un nouveau genre de chronique au Mercure de France : les « Sciences biologiques ». Il en définit le projet dans la première d’entre elles en novembre 1896. La chronique s’arrête cependant après trois livraisons, sans que Tinan cesse pourtant de contribuer au Mercure de France. Elle reprendra en 1899 après sa mort, sous la plume d’Albert Prieur.

Référence des trois textes :

  • « F. Le Dantec : Théorie nouvelle de la Vie » dans « Chronique des Sciences biologiques », Mercure de France, novembre 1896, p. 381-385.
  • « Léon Bourgeois, Solidarité ; La Vie d’un homme, Karl Vogt » dans « Chronique des Sciences biologiques », Mercure de France, décembre 1896, p. 574-579.
  • « Contre et pour le Néo-Malthusianisme, communication de M. le Docteur Javal à l’Académie de Médecin et Réponse de M. Paul Robin », Mercure de France, mars 1897, p. 574-579.

 

Travailler sur une chronique

Les formes de l’écriture périodique (chroniques, feuilletons, etc.) impliquent une logique de création spécifique : l’effet de rubricage du journal, la rapidité de l’écriture conditionnent pour une part le texte qui sera livré – sans parler du lecteur que le journal institue, et à qui il s’agit de plaire, ne serait-ce que pour assurer la longévité de la chronique. En ce sens, la chronique est, par définition, un genre mouvant et mal défini, changeant au gré des journaux, des modes et des actualités. Comment alors appréhender un tel texte ?

Il s’agit d’abord de chercher tous les effets d’annonces et notes d’intention. Tinan définit clairement son projet dans la chronique du mois de novembre. Les premières lignes sont l’occasion d’une réflexion sur l’évolution des rapports entre la science et les tenants de la littérature :

Il semble qu’aujourd’hui l’indifférence des « Littérateurs » pour les choses de sciences se fait un peu moins sereine. Ce sont des curiosités. Je crois que M.­G. Albert Aurier, s’il était encore des nôtres, n’écrirait plus : « Il serait temps de réagir, de chasser l’intruse de la maison, la science,  » l’assassin de l’oraison « , et de renfermer, si c’est possible encore, les savants envahissants dans leur laboratoire. » La « science » est devenue, au contraire, l’oraison de beaucoup d’entre nous.

(Même M. Signoret écrit : « Plus récemment Goldberg nous fit entrevoir ce que les sciences biologiques devront bientôt au Génie de ces Sarmates qui accueillirent Ovide exilé et l’abreuvèrent du lait des cavales farouches », et cette phrase, pour être drôlement boursouflée, n’en est pas moins caractéristique…)

« F. Le Dantec : Théorie nouvelle de la Vie » dans « Chronique des Sciences biologiques », Mercure de France, novembre 1896, p. 381.

Dans ce contexte, il est finalement du devoir du chroniqueur d’essayer de répondre à cet intérêt nouveau, et d’aider les littérateurs à s’informer des dernières actualités dans le domaine :

C’est pour répondre à ces curiosités que je voudrais indiquer chaque mois à cette place – un peu sèchement et avec des terminologies ardues : je m’en excuse – le livre, l’article ou la communication dont l’intérêt se sera récemment imposé.

Ibid.

L’auteur expose, enfin, ses influences et positionnements dans les débats scientifiques du temps, se plaçant dans la lignée de Lamarck et de Darwin. On pouvait déjà deviner une influence de la théorie de l’évolution chez Tinan, jusque dans les textes à seule vocation littéraire : à la théorie du « Struggle for life » répondait l’exclamation « Struggle for joy ! » dans la  « Lettre longue à la Bien-aimée » déjà quelques mois plus tôt (Le Centaure, t. I, 1896). Enfin, le chroniqueur précise :

Je m’attacherai beaucoup plus à résumer des livres et des études qu’à essayer, avec le peu de moyens dont je dispose, de les discuter, et j’épigraphierais volontiers ces Chroniques de cette phrase simple de M. le professeur Giard : « Les explications ont une valeur manifestement provisoire, aucune d’elles ne pouvant dépasser légitimement les connaissances scientifiques de l’époque où elles sont tentées.»

Ibid.

Si l’on peut y voir une pirouette du chroniqueur, qui rechigne en général à attaquer des problèmes de fond (sous peine de prendre trop de place et de ne pouvoir développer son propos initial, piège auquel beaucoup se sont fait prendre), il faut y voir également une prudence qui caractérise Tinan dans ces trois chroniques. Plus qu’ailleurs, il multiplie les précautions : définition des termes employés, refus de l’anthropomorphisme, rejet des conclusions hâtives. Et si le dernier article sur le néo-malthusianisme semble plus proche du modèle classique de la chronique, où l’auteur défend une opinion, il est enrichi d’une bibliographie très fournie pour un article : huit références dont plusieurs ouvrages, un article, une revue entière, en anglais et en français. Tinan ajoute également, en note de bas de page, la référence et le résumé d’une thèse de médecine sur un sujet proche. Les notes de bas de page, exposant les références ou définissant des termes sont plus nombreuses que dans ses autres textes. Ces pratiques sont donc différentes de celles adoptées dans la rédaction d’articles contemporains et laissent à penser que Tinan a fourni quelques efforts pour livrer un contenu plus en accord avec le sujet à traiter, sérieux s’il en est.

Il faut dire que si la chronique se caractérise en général par sa légèreté et son ton plaisant, celles du Mercure ont malgré tout une vocation d’information. Tout en contribuant à l’identité du périodique (après tout, on délimite sa place dans le champ littéraire par ses appréciations et dépréciations) elle rend compte, sous couvert du double filtre du point de vue du chroniqueur et de l’esprit de la revue, de l’actualité littéraire et intellectuelle. L’arrivée dans ce contexte de chroniques de Sciences biologiques, chroniques spiritualistes ou encore de Sciences sociales dénote une volonté de la revue de se diversifier au-delà des questions purement artistiques et littéraires.

L’analyse du contenu de la chronique en tant que telle, et de celui de la chronique précédente ou suivante (ici, celle tenue par Albert Prieur mon propos étant centré sur Tinan, j’ai relevé l’ensemble des chroniques « Sciences » de 1899 et 1900 uniquement) donnent enfin quelques éléments pour faire la part des choses entre les attentes du journal, souvent impossibles à retrouver autrement qu’« en creux » et l’apport personnel de l’auteur.

Dans le cas de Tinan, sur trois livraisons seulement, l’auteur semble avoir du mal à s’en tenir à son sujet. S’il est explicable que la première livraison s’ouvre sur une réflexion générale sur le pourquoi de cette chronique, la seconde, dédié à Solidarité de Léon Bourgeois pose philosophiquement la question de la morale assez longuement avant d’en venir au sujet. La dernière, enfin, comporte bien une prise de position dans le débat initié, et là où Tinan se limite, comme promis, à un résumé de livre, c’est dans une note de bas de page. Mais ce faisant, ne correspond-t-il pas justement aux pré-requis du genre de la chronique ? Des définitions du genre ont été élaborées dans les tous premiers manuels destinés à enseigner le journalisme ; faites a posteriori à partir des formes existantes, elles en ont synthétisé les procédés récurrents et offrent des critères de réflexion tout à fait applicables au texte qui nous intéresse. Ainsi, celle du vicomte de Chambure, dans À travers la presse :

En un style souvent léger et humoristique, quelque fois grave, toujours vif, alerte et châtié, le chroniqueur touche à tout sans rien approfondir. Son art consiste à effleurer les questions, à improviser une causerie aussi ingénieuse et intéressante que possible sur n’importe quel sujet. […] Sans doute, pour résoudre les problèmes que ces questions soulèvent, les chroniqueurs ont soutenu – souvent par dilettantisme et quelque fois pour étonner et scandaliser le lecteur – les paradoxes les plus étranges et les opinions les plus bizarres.

Le mot « causerie », rappelant le modèle de Sainte-Beuve, nous semble très important. En outre, lorsqu’on se penche sur les chroniques d’Albert Prieur, le successeur, on peut constater que la diversité des sujets est tout aussi grande que chez Tinan, sinon plus encore et que la pratique de la digression perdure. Comme Tinan qui déplore de n’avoir plus que dix lignes pour évoquer un livre sur Karl Vogt, Prieur ne peut qu’énumérer les titres de ses livres restants dans sa chronique de septembre 1899, après avoir développé sur plusieurs pages sur la question du sadisme. A la suite, il se détache d’ailleurs des résumés stricts de livre, proposant des titres plus généraux : « La surdité de J.-J. Rousseau », « Les tatouages chez les prostituées », « Comment et pourquoi un chinois devient eunuque ». L’actualité d’une publication ne devient bientôt plus que le prétexte à une étude plus générale sur le sujet. De plus, les thèmes des articles, chez Prieur, puisent davantage dans le fait divers et le sensationnel, bien que la prétention de les aborder d’un point de vue scientifique perdure. Devant ces éléments, on peut se demander si Tinan n’a pas assez souscris aux impératifs traditionnels de la chronique plutôt que l’inverse : issu d’une formation scientifique, usant d’un vocabulaire difficile (« un peu sèchement et avec des terminologies ardues : je m’en excuse »), souhaitant coller au plus près du contenu des ouvrages chroniqués, n’aurait-il pas fait assez office de vulgarisateur ?

annotation des « Sciences biologiques »

Une chronique présente des difficultés d’annotation assez spécifiques. Les articles cités ne sont cependant pas exemptes de questions d’annotations tout à fait classiques. Il va falloir, par exemple, retrouver la référence exacte de la citation de Gabriel-Albert Aurier citée en début de la première chronique (« Préface pour un livre de critique d’art », Mercure de France, décembre 1892, p. 309.), son contexte et déterminer enfin si Tinan en dévie le sens ou non. Celle d’Emmanuel Signoret pose un peu plus problème, au sens où elle ne donne rien en recherche virtuelle, et il faudra sans doute parcourir les articles critiques du bonhomme. Reste que ces recherches-là, pour être parfois complexes, n’en sont pas moins les mêmes pour la plupart des textes du corpus.

En revanche, devoir retrouver les références d’ouvrages scientifiques d’époque a quelque chose de moins habituel. Je n’ai pas les outils et les repères comme en littérature, je dois redécouvrir les éditeurs, les références propres au temps : en un mot, repartir de zéro ou presque. Et ce d’autant plus que les articles traitent de trois sujets complètement différents : la biologie cellulaire pour le premier ; les rapports entre sciences sociales et sciences biologiques pour le deuxième, avec vocabulaire et outils philosophiques ; la controverse sur le néo-malthusianisme, avec le renfort d’une thèse de médecine, pour le dernier.

Que faire, alors ? Outre les éléments d’information indispensables pour appréhender une chronique exposés plus haut, j’ai l’intention de me recréer une petite base, en faisant le point sur l’histoire des sciences et sur l’état de la recherche scientifique et médicale en 1896. Cela fait, je me suis procurée toutes les références citées que j’ai pu trouver, afin de comparer le contenu réel et ce qu’en fait Tinan, afin de mesurer s’il résume réellement le livre comme annoncé ou s’il élargit le propos, lui fait dire autre chose, etc.

Cet article étant déjà assez long, je vais m’arrêter ici pour aujourd’hui. La prochaine fois, j’exposerai plus précisément le travail qui se cache derrière ces trois chroniques.

A lire :

Présentation succincte de La Guirlande de Célimène

Sous ce beau titre se cache une chronique à six mains écrite par Jean de Tinan et deux autres chroniqueurs de l’époque, aujourd’hui oubliés : Émile Métrot et Henry Vernot1. Elle est publiée dans La Presse. Le premier article des « Billets à Célimène » paraît le 19 juin 1898. Rapidement renommée « La Guirlande de Célimène », la chronique se termine brutalement le 15 août de la même année2.

Il s’agit d’une fantaisie épistolaire, où chaque chroniqueur incarne un personnage donné et le fait réagir à l’actualité. Le journal avait déjà publié une chronique de ce genre, les « Lettres à Don Quichotte », où Laurent Tailhade jouait le rôle du chevalier à la triste figure, et Émile Métrot celui de Sancho. Commencé le 31 mars, la collaboration tourne rapidement court, car à partir du 2 mai, c’est Laurent Tailhade seul qui tient la chronique, qui se termine près d’un mois plus tard. Après « La Guirlande de Célimène », une nouvelle fantaisie épistolaire verra le jour : « Poste restante », tenue par Robert de Flers et Edmond Sée, et qui durera du 5 octobre 1898 au 28 février 1899.

Dans le cas de « La Guirlande de Célimène », les trois chroniqueurs jouent chacun un rôle du Misanthrope de Molière : Émile Métrot interprète Philinte, Henry Vernot, Alceste, et Jean de Tinan, Célimène. Nous nous proposons ici de faire une recension précise des articles de Tinan et des deux autres chroniqueurs, et de leur adjoindre un titre reflétant le sujet principal de chaque article, afin de redonner à la chronique sa continuité.

Lire la suite