Fortune de L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse

     Pour mieux connaître le texte dont il est question : Quelques mots sur Ninon de Lenclos amoureuse

 

  L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse publié au Mercure de France durant l’été 1898, passe relativement inaperçu. Lors de sa sortie, le livre fait l’objet de deux comptes rendus, l’un signé par Paul-Louis Garnier dans La Cité d’art et l’autre par Rachilde dans Le Mercure de France, tous deux en juillet 1898. Les deux articles sont plutôt élogieux. Paul-Louis Garnier considère L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse comme une « fresque charmante[1]  ». Les phrases de l’essai lui semblent tout d’abord brèves et austères mais elles perdent ce caractère, dès lors qu’elles « montrent bien clairement le désir qu’elles ont de cacher le cœur éploré de Vallonges[2] », dans un livre qui semble à Garnier presque « souriant de cet aveu[3]». C’est le travail d’écriture de Tinan que Rachilde met subrepticement en avant, lorsqu’elle souligne la liberté que l’écrivain a pris avec la réalité et la vraisemblance, au bénéfice de l’esthétique :

Avec habilité, l’auteur nouveau de ce conte ancien et éternel a gardé pour la fin la très belle scène du fils épris de sa mère se perçant de son épée. (Je crois qu’il dut descendre d’abord du boudoir de Ninon où il était sans épée pour se rendre prosaïquement aux écuries où se trouvait son cheval, là il prit ses pistolets dans ses fontes et se brisa la tête tombant dans la paille, situation moins belle je l’avoue, mais plus vraisemblable[4]).

L’ouvrage n’est pourtant pas exempt de défauts : il est « trop court » et Tinan livre ses meilleurs pages lorsqu’il s’écarte de son sujet: « ce qui prouve, pour la suite de l’œuvre de Jean de Tinan, qu’il lui est plus difficile de s’emparer de l’esprit des autres que de se servir du sien[5] . » L’Exemple de Ninon de Lenclos ne semble donc pas le meilleur livre de l’écrivain selon Rachilde.

Si le livre a peu de succès au moment de sa publication, il est plusieurs fois cité par la suite. C’est en faisant référence à sa préface que Paul Léautaud dit qu’il aimerait avoir écrit ces pages, malgré leurs défauts[6]. Alphonse Métérié, dans « Violettes pour Tinan trahi », cherche à montrer que l’œuvre de Tinan est dépassée, à l’exception de L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse : « L’œuvre de Tinan (j’en excepte naturellement sa fantaisie sur Ninon de Lenclos) date terriblement[7]. » Enfin, c’est le livre que Gabriel de Lautrec choisit de citer en 1938, dans Souvenirs des jours sans soucis, pour illustrer le talent de Tinan : « un chef d’œuvre de délicatesse et d’esprit[8]. »

Cependant, la « fortune » de cet ouvrage inclassable, entre biographie et roman, essai et fantaisie, semble moins tenir du texte que du paratexte. Le livre a été recherché par les bibliophiles avant tout pour sa couverture, signée par Toulouse Lautrec. En 1938, dans sa chronique au Mercure de France, Marcel Auriant raille la « vénération imbécile des snobs[9] » qui recherchent les éditions originales de L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse pour la couverture de Toulouse-Lautrec plutôt que pour le texte. Selon lui, l’œuvre de Tinan devrait être aussi prisée que la couverture : « L’un et l’autre, l’image et le récit, sont des œuvres originales, et la littérature revendiquera un jour celui-ci comme l’art a déjà revendiqué celle-là[10]. » Henri Leclercq cite ce passage dans un deuxième article de Collection, non sans nuancer le discours de Marcel Auriant :

Cette allusion à l’œuvre de Jean de Tinan – de qui je connais quelques amis littéraires qui n’ont attendu, pour se déclarer, aucune invitation, – cette allusion aux éditions originales de ses livres me ravit. Car elle va me permettre, à moi qui ne suis écrivain ni critique, et qui espère, par surcroît, ne pas mériter l’accusation de snobisme, de consacrer un propos bibliographique à l’un de mes écrivains préférés[11].

 Il conteste d’abord l’idée d’un silence autour de Jean de Tinan : est-ce à dire que la fortune belge de Tinan est plus riche que la fortune française ? Le chroniqueur de Collection rappelle en effet que ses lecteurs n’ignorent pas le nom de Tinan, contrairement aux « lecteurs des grandes revues françaises[12] » … Auriant, lorsqu’il citera l’article à la suite du sien, dans l’édition en volume de ses chroniques, déclarera que « le souvenir de Jean de Tinan est pieusement entretenu en Belgique par quelques happy few[13] ». Henri Leclercq profite également de l’article d’Auriant pour réfléchir sur le sujet de façon plus large : la mention de l’édition originale de Ninon de Lenclos lui permet d’évoquer le « goût très sûr » de Jean de Tinan dans l’édition de ses livres. La tentation du hors-sujet est cependant récurrente, forme et fond étant intimement liés aux yeux du chroniqueur. Louer les choix heureux de Tinan en termes d’illustration revient à louer son style. C’est pour cette raison que le chroniqueur juge la condamnation des « snobs » par Marcel Auriant infondée :

 Auriant, incidemment, nous parle d’une couverture dessinée par Toulouse-Lautrec et il suggère que des exemplaires de L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse se vendirent par le seul prestige de cet artiste incontesté … Je veux bien l’admettre, car, en acquérant ce « contenant » sans grand égard, d’abord, au contenu, l’amateur rend hommage, déjà, à celui qui eut le bon esprit de demander cette couverture à un si bel artiste. Or, s’il est doué, lui-même, de quelque raison, cet amateur ne pourra manquer d’être curieux d’un écrivain capable de ce choix … Il lira le livre et, puisqu’il aime Lautrec, il aimera Jean de Tinan. Car il y a concordance parfaite[14].

La description de ladite couverture devient l’occasion d’une définition des qualités du style de Tinan : « Nulle autre couverture ne pouvait faire une allusion plus subtile au talent comme à l’esprit de Tinan que ce dessin, alertement, spirituellement enlevé[15]. »

Notes

[1]. Paul-Louis Garnier, « L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse par Jean de Tinan », La Cité d’art, juillet 1898, p. 3.

[2]. Ibid., p. 1.

[3]. Ibid.

[4]. Rachilde, « L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse par Jean de Tinan », Le Mercure de France, juillet 1898, p. 227.

[5]. Ibid., p. 228.

[6]. Paul Léautaud, « L’Ami d’Aimienne », Le Mercure de France, août 1899.

[7]. Alphonsé Métérié, « Violettes pour Tinan trahi », Le Divan, avril 1924. C’est l’auteur qui souligne.

[8]. Gabriel de Lautrec, Souvenirs des jours sans souci, Paris, Éditions de la Tournelle, 1938, p. 57.

[9]. Marcel Auriant, « [Les cahiers de Jean de Tinan] », Le Mercure de France, 15 juin 1939, p. 750, dans « Petite histoire littéraire et anecdotes ».

[10]. Ibid., p. 753.

[11]. M.-J. Hachelle, « Enfin on parle de Jean de Tinan », Collection, 8 juillet 1939, p. 2.

[12]. Ibid.

[13]. Marcel Auriant, Fragments … (Mélanges et souvenirs), Bruxelles, Éditions de la Nouvelle Revue Belgique, 1943, p. 195.

[14]. M.-J. Hachelle, « Enfin on parle de Jean de Tinan », art. cit.

[15]. Ibid.

[16]. Rachilde, « L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse par Jean de Tinan », art. cit.

Quelques mots sur L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse

Un texte inspiré par des sources anciennes…

 

ninon-de-lenclos

Gravure d’Antoine-Jean-Baptiste Coupé

L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse de Jean de Tinan est publié au Mercure de France durant l’été 1898. S’il est qualifié de roman sur la couverture, il s’agit bien plutôt d’une forme hybride, entre le roman, la biographie et l’essai. Tinan expose non sans humour ses procédés de composition dans sa préface. Son double romanesque, Raoul de Vallonges, est parti loin de Paris pour y être « éploré tout à son aise », mais comme « il [faut] toujours un ‘‘in-18’’ vers le mois de mai », il se décide à travailler :

J’ai voulu appliquer un peu les procédés du roman d’aujourd’hui à quelque histoire qui me fût parfaitement indifférente… C’est alors que je me suis aperçu que ces procédés étaient des procédés de plagiat… 

Il ajoute plus loin :

On prend une aventure – et ici l’aventure a été représentée très exactement pour moi par la charmante plaquette de Bret sur Ninon de Lenclos (Amsterdam 1751) ou par celle de Douxménil (Rotterdam 1751)… 

On assemble une liasse de ‘‘notes’’ et on arrange… 

Les renseignements apocryphes ont autant de valeur que les autres, s’ils font bien… peu importe que presque toutes les ‘‘Lettres de Ninon’’ soient de Damours ou de Ségur, et que Tallemant, Chavagnac et Voltaire se contredisent… on démarque de son mieux, on transpose, on lie, on ‘‘schiksale’’… et le résultat n’a besoin d’être ni original, ni personnel, ni inédit – il suffit qu’il amuse… 

A mon stade recherche, le texte semble avoir pour source première la plaquette d’Antoine Bret, Mémoires sur la vie de mademoiselle de Lenclos, Amsterdam, 1751. Il en emprunte en partie la structure et l’ordre de succession des anecdotes. Tinan y insère ensuite des passages tirés d’autres sources, notamment Voltaire ou Tallemant des Réaux.

Certaines phrases oscillent entre la réécriture et le calque des sources anciennes. Par exemple, « M. de Lenclos avait conduit de très bonne heure sa fille dans ces sociétés choisies, dont elle fit bientôt tous les charmes » chez Bret (p.5) devient chez Tinan : « M. de Lenclos conduisit sa fille dans cette compagnie choisie. Elle en fit bientôt les délices.» Au sujet des tentatives de Ninon de faire convertir Coligny au catholicisme, Antoine Bret écrit [nous soulignons] :

Qu’on se représente Ninon à seize ou dix-sept ans, ne respirant que l’amour et le plaisir, faire succéder au langage de sa tendresse des conversation fortes et suivies sur le changement auquel elle voulait le forcer.

Tinan reprend la structure et plusieurs éléments de la phrase :

Que l’on se représente cette belle Ninon, ardente aux plaisirs qu’elle apprenait, et fraîche de ses dix-sept ans, faisant succéder aux soupirs de la volupté et aux balbutiements de tendresse des raisonnements sur les erreurs de son jeune amant !

Le travail d’annotation nous permettra de préciser quelles sont les réutilisations précises de chaque source, mais il apparaît déjà que les emprunts sont considérables. L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse ne serait-il donc qu’un plagiat pas même déguisé ?

2015-07-17 15.30.10

Couverture de l’édition de 1898, lithographie de Toulouse-Lautrec

 

… Mais qui porte néanmoins la marque de son auteur

 

Tout en constituant un savant collage de sources anciennes, L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse n’est pas exempt, loin de là, des traits que l’on retrouve dans tous les textes de Tinan. Tout comme eux, il présente des références au contexte littéraire et artistique du temps. L’auteur n’hésite pas à mêler aux références du grand siècle une touche plus contemporaine, associant par exemple Mlle de Scudéry avec une citation du Crépuscule des nymphes de Pierre Louÿs :

Mlle de Scudéry, dans Clélie, ne peint pas mieux Ninon que sous le pseudonyme de Clarice, et chacun la complètera mieux « à l’image réelle de son désir enfantin ».

De plus, L’Exemple de Ninon de Lenclos s’enrichit considérablement lorsqu’on le relie à l’univers de l’auteur. Le choix d’un tel sujet, par l’auteur d’Un document sur l’impuissance d’aimer et de Penses-tu réussir ! ou les diverses amours de Raoul de Vallonges est tout sauf anodin : le portrait d’une telle amoureuse est l’occasion pour l’écrivain de travailler sur ses thèmes de prédilection, notamment la peinture la plus précise et la plus vraie possible de la sentimentalité moderne. Cela passe par un idéal de légèreté et de désinvolture qui n’exclut pas la sensibilité, et qu’il décrit déjà avec soin dans le chapitre VIII de Penses-tu réussir ! :

Quelques jeunes femmes particulièrement douées ont subi l’influence de l’époque d’une façon intéressante. Elles ont attiré les regards et servi de modèles à d’autres, ce qui illusionne heureusement sur l’ensemble des petites fleuristes en mal de printemps. Elles sont devenues – et quelque fois avant leur mariage – de petits êtres sensuels, cruels ou naïfs ; elles se sont dispensées plus ou moins de l’affectation sentimentale, sans dédaigner la tendresse, et, par instant, elles pratiquent une conception méthodique de la vie, se consacrant à la recherche de la sensation, même malsaine…

Elles sont trop décolletées, rient trop bruyamment en montrant trop leurs dents qu’elles ont jolies, et courent à travers le monde en se heurtant aux angles comme des phalènes à un abat-jour…

Elles sont des maîtresses exquises, des épouses souhaitables, des mères tendres et des filles attentionnées, – des amies incomparables…

À condition de ne pas y attacher d’importance…

De ces femmes, Ninon ne constituerait-elle pas l’idéal, le modèle ? Charles Giraud, dans l’Histoire de Saint-Evremond, faisait de Ninon une hétaïre grecque perdue en plein âge classique. Tinan, après avoir écrit sur Cléo de Mérode considérée comme symbole populaire, n’aurait-il pas rêvé d’une Ninon égarée à l’aube du XXe siècle ?

Tinan+Ninon+Lautrec+2+plat

Dos de la couverture de l’édition originale, Toulouse-Lautrec.

 La présence de Tinan se fait d’ailleurs sentir par touches, au fil de la biographie romancée de Ninon. Il nous fait part de son goût pour une citation ou une anecdote ou au contraire son manque d’intérêt pour tel ou tel aspect de l’histoire, renforçant l’impression de subjectivité totale de l’ensemble à une époque où l’essai historique essaie de gagner en légitimité scientifique. Il ajoute à son essai sur Ninon des images ou des passages littéraires qui ne la concernent pas directement, par la simple logique de l’association. Il déplore par exemple de ne pouvoir illustrer son essai d’un frontispice représentant la princesse Hélène de Ligne ou interrompt son récit pour recopier la citation d’une petite plaquette libertine de 1750 : « Cette phrase, pour laquelle j’ai l’admiration la plus absolue, vous pouvez la chercher, si vous avez le temps, dans un petit pamphlet intitulé : Cléon, rhéteur cyrénéen ».

Le phénomène de réappropriation du sujet dépasse parfois le cadre de l’allusion ou de la parenthèse. Le chapitre XLII est en ce sens exemplaire : après avoir mentionné l’adresse de Ninon, Tinan s’engage sur une longue digression décrivant un rendez-vous galant : « Nous avons été – (vous vous en souvenez, blonde Madame!) par une après-midi grise et douce de février, visiter – (c’est au numéro 28) – les anciens appartements de Ninon…». Les deux amants visitent la place des Vosges, où Tinan conte à la dame les différentes histoires qui lui reviennent en mémoire :

  Et vous ne m’écoutiez délicieusement pas… vous me touchiez la paume de la main par l’ouverture de mon gant, et vous vous appliquiez, à chaque pas, à atteindre dubout de otre encas la pointe de votre bottine…

  Alors, comme au fond je me fiche pas mal de Ninon et du dix-septième siècle, je vous ai enlacé la taille en vous assurant que dans ce quartier-là il était absolument impossible d’être rencontrés, et, devant toute cette sérieuse archéologie, nous nous sommes embrassés en riant, comme des gosses que nous sommes…

C’est donc bien à une célébration d’une certaine pratique amoureuse, ici rattachée au libertinage classique, que participe le roman de Tinan.

lucien-perey-histoire-d-une-grande-dame-au-xviiie-princesse-helene-de-ligne

Gravure représentant la princesse Hélène de Ligne

Dédié à l’amoureuse du moment comme l’avaient été Penses-tu réussir ! ou Erythrée, L’Exemple de Ninon de Lenclos amoureuse apparaît donc, tour à tour, comme un plagiat, un pastiche mais aussi comme un condensé de l’univers de Jean de Tinan. Beaucoup de clés d’interprétation restent encore à découvrir, et le travail d’annotation, encore en cours, me permettra, je l’espère, d’en livrer une partie non négligeable.

J’évoquerai dans un prochain article la fortune de ce texte, prisé des collectionneurs pour la lithographie de Lautrec, mais figurant parmi les moins connus de Tinan.