Présentation succincte de La Guirlande de Célimène

Sous ce beau titre se cache une chronique à six mains écrite par Jean de Tinan et deux autres chroniqueurs de l’époque, aujourd’hui oubliés : Émile Métrot et Henry Vernot1. Elle est publiée dans La Presse. Le premier article des « Billets à Célimène » paraît le 19 juin 1898. Rapidement renommée « La Guirlande de Célimène », la chronique se termine brutalement le 15 août de la même année2.

Il s’agit d’une fantaisie épistolaire, où chaque chroniqueur incarne un personnage donné et le fait réagir à l’actualité. Le journal avait déjà publié une chronique de ce genre, les « Lettres à Don Quichotte », où Laurent Tailhade jouait le rôle du chevalier à la triste figure, et Émile Métrot celui de Sancho. Commencé le 31 mars, la collaboration tourne rapidement court, car à partir du 2 mai, c’est Laurent Tailhade seul qui tient la chronique, qui se termine près d’un mois plus tard. Après « La Guirlande de Célimène », une nouvelle fantaisie épistolaire verra le jour : « Poste restante », tenue par Robert de Flers et Edmond Sée, et qui durera du 5 octobre 1898 au 28 février 1899.

Dans le cas de « La Guirlande de Célimène », les trois chroniqueurs jouent chacun un rôle du Misanthrope de Molière : Émile Métrot interprète Philinte, Henry Vernot, Alceste, et Jean de Tinan, Célimène. Nous nous proposons ici de faire une recension précise des articles de Tinan et des deux autres chroniqueurs, et de leur adjoindre un titre reflétant le sujet principal de chaque article, afin de redonner à la chronique sa continuité.

Lire la suite